Bonjour, est-ce que tu pourrais te présenter et présenter le projet et sa genèse ?

Je m’appelle Nastassia, je suis cofondatrice de Yokoumi mais celle qui a vraiment fondé ça à l’origine c’est Elsa, qui n’est pas là aujourd’hui. Elle a fait un stage de 6 mois au Togo, elle a rencontré une coopérative de 35 femmes qui faisaient du beurre de karité. Et elle a voulu lancer quelque chose avec elles. L’idée c’était de faire du commerce équitable avec ces femmes, de leur acheter le karité au double du prix du marché local, de tout produire localement, et de reverser 20% de nos bénéfices à un programme de micro crédit au Togo qui permet de soutenir l’entreprenariat des femmes. L’idée c’est vraiment de créer une boucle vertueuse pour l’autonomisation économique des femmes.

Et depuis l’entreprise a un peu bougé, on s’est agrandi, et maintenant on travaille avec le Togo mais aussi avec le Maroc. Donc c’est toujours sur le principe de lancer des coopératives de femmes pour produire ce qu’on vend, proposer des produits bruts produits localement donc dans les pays d’origine, et de reverser 20% de nos bénéfices pour soutenir l’autonomisation des femmes.

 

« L’idée, c’est vraiment de créer une boucle vertueuse pour l’autonomisation économique des femmes »  

Il y a une volonté autant environnementale que solidaire?

La volonté principale est une volonté solidaire quand même, on est vraiment sur des questions d’autonomisation des femmes. Maintenant on essaye de faire au mieux pour proposer un produit qui soit le plus respectueux de l’environnement possible ça c’est clair, mais c’est vrai qu’au départ  c’est vraiment un projet solidaire . Maintenant on essaye de coller le plus avec des valeurs environnementales aussi, c’est un objectif quasi tout aussi important.

Et du coup la valeur la plus importante à tes yeux de l’entreprise, c’est finalement cette autonomisation économique des femmes.

NEWSLETTER

Pour rester en contact, inscris-toi à la Newsletter !